Elle ne connaîtra jamais…

 

Oies

Source : Pixabay

Elle ne connaîtra jamais l’odeur des carcasses qui mijotent.
Elle ne connaîtra jamais la texture de la crépinette qu’on met sur les pâtés et leur feuille de laurier.
Elle ne connaîtra jamais le goût des tartes et gâteaux aux pommes du verger du samedi matin.
Elle ne connaîtra jamais le tintamarre que font les oies sous la fenêtre quand on leur jette du pain.
Elle ne connaîtra jamais les meubles foncés recouverts d’une fine pellicule de graisse, la toile cirée usée jusqu’à la trame et les murs jaunis pour trop-plein de cuisine.Elle ne connaîtra jamais le lit du placard qui sent le renfermé, qu’on déplie pour passer la nuit mais dans lequel on ne dort pas, parce qu’on préfère le grand lit avec son dessus en chenille orange et son pied surélevé par des catalogues, et surtout parce qu’on préfère dormir avec Elle.

Elle ne connaîtra jamais son parfum de violette du dimanche.
Elle ne connaîtra jamais la chaleur de ses grosses mains à la peau fine et douce.
Elle ne connaîtra jamais ses baisers.
Elle ne connaîtra jamais le son de sa voix pour faire rentrer les canards.
Elle ne connaîtra jamais ses blouses à fleurs, son fichu et ses yeux qui pétillent.

Ma fille ne connaîtra jamais son arrière grand-mère, ma grand-mère.
Alors je lui raconterai.

Elle ne connaîtra jamais ses yeux qui pétillent autant que les siens, que ceux de ma mère et que les miens, ses yeux qui contiennent tant de promesses.
Ma grand-mère ne connaîtra jamais ma fille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s