Les temps changent

homme pixabay

Source : Pixabay

Il est cinq heure quarante-cinq. Son réveil sonne. Il tend sa main noueuse pour éteindre la sonnerie. Il tente de se redresser mais une douleur dans le dos lui intime l’ordre de rester encore un peu au lit, le temps que son corps de dégourdisse. Il tâte la place à côté de lui, elle est vide. Chaque fois que c’est le cas, il a peur qu’elle soit partie pour ne plus revenir parce qu’elle en aurait assez de cette vie. Et chaque fois, il est étonné qu’elle soit juste en train de lui préparer un petit-déjeuner, ce qu’il ne pense pas mériter. En effet, il est loin d’être toujours facile à vivre, surtout en cette période très chargée, et ils se disputent de plus en plus. Il sait qu’il donne le change lorsqu’il est au travail, mais qu’une fois à la maison, c’est elle qui doit supporter son humeur massacrante et ses baisses de moral.

Il l’aime son travail, vraiment. Lorsqu’il a commencé, il avait ce qu’on peut appeler « la vocation ». Mais, d’année en année, on lui en demande toujours plus. Dans son atelier, il est obligé de faire travailler ses équipes en 3×8 et de leur fixer des objectifs toujours plus élevés pour réussir à répondre à la demande croissante. Il sait que la santé mentale de ses employés ne tient elle aussi qu’à un fil, qu’ils vont finir en burn-out si ça continue comme ça. Il ne veut pas continuer à être ce type de dirigeant, ce n’est pas lui. Il a bien essayé de privilégier la qualité à la quantité, le service au produit, mais ce n’est pas ce que les clients veulent, eux, ce qu’ils veulent, c’est consommer toujours plus. Il ne se sent plus en adéquation avec les valeurs qui l’animent depuis toujours, à savoir le partage, la générosité et le plaisir d’être ensemble. Tout est parti de là, mais tout ça ne suffit plus désormais. D’autres ont repris son concept et en ont fait un produit purement commercial. Il n’arrive plus lutter. Il va vraiment falloir qu’il se résigne au fait que l’époque du paternalisme est terminée, qu’il n’est plus à sa place dans ce monde et qu’il vaut mieux qu’il prenne sa retraite. Il espère qu’il laissera tout de même en héritage un peu de sa bonhomie…

Et puis, il faut qu’il pense à sa femme. Ils se sont toujours rapapillotés, mais demain, qui sait? Elle mérite mieux que ce que le marché le pousse à devenir. Elle mérite qu’il redevienne celui qu’elle a rencontré il y a des dizaines d’années de cela. Elle mérite qu’il se consacre à elle comme il s’est consacré à son entreprise et à ses clients jusque-là. Il l’entend qui lui apporte le petit-déjeuner, il le sait à la façon précautionneuse dont elle monte les escaliers. Oui, elle mérite vraiment mieux. C’est décidé, cette année, ce sera la dernière. Elle ouvre la porte :
« Noël, voici un petit-déjeuner bien copieux comme tu les aimes, tu vas en avoir bien besoin pour braver le froid… »

Voici ma propre participation au défi A vos claviers #2,
dont la contrainte était d’utiliser les mots (se) rapapilloter, atelier et fil.

Je vous invite à participer d’ici la fin du mois en indiquant le lien vers votre texte en commentaire ainsi qu’à lire les textes de ceux qui ont déjà transmis leur participation ici.
Je ferai un récapitulatif de l’ensemble des participations dans un billet à la fin du mois.

Pour voir les textes produits dans le cadre du défi A vos claviers #1, c’est ici.

14 commentaires

    1. Merci ! Atelier m’a orienté vers le père Noël en cette période, puis se rapapilloter m’a conduit à me demander avec qui pouvait se rapapilloter le père Noël et pourquoi, et voilà ce que ça donne si on ajoute que je me fais la réflexion ces derniers temps que Noël est de plus en plus commercial au détriment de l’esprit de Noel…

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s