Redevenue charnue

 

water-3395020_1280

Source : Pixabay

Le miroitement de l’eau lui fit ralentir sa course puis s’arrêter. D’un revers de la main, elle essuya les gouttes de sueur qui perlaient sur son front et faisaient coller ses cheveux noirs striés de blanc.  Elle s’approcha du ru s’écoulant avec détermination pour mieux l’observer.  Échauffée par la course qu’elle s’imposait quotidiennement, elle écarta très légèrement le grand tee-shirt de sport qu’elle portait de son corps décharné pour sentir l’air sur sa peau. Au lieu de la rafraîchir, ce geste lui procura une sensation d’étouffement. La tiédeur de l’air lui parut insupportable. Elle se sentit soudain engoncée dans ces habits trop larges pour elle et dans ces baskets qui étaient devenues ses chaussures de prédilection. Les clapotis de l’eau fraîche l’appelaient. Elle s’empressa de se défaire de ses chaussures et chaussettes pour plonger son pied dans l’eau. Le contact avec l’eau froide agit sur elle tel un choc électrique qui la traversa des pieds à la tête. Les battements de son cœur s’accélérèrent. Quelques secondes plus tard, son pantalon de jogging et sa culotte de coton jonchaient le sol du bois. À moitié nue devant la rivière, elle hésitait à se dévêtir complètement. Ses fesse anguleuses et sa toison exposées au regard de toute personne qui passerait par là, elle restait figée là, les mains tellement crispées sur le bas de son tee-shirt que leurs jointures étaient devenues blanches. D’un geste brusque, elle exposa sa poitrine asymétrique et sa cicatrice la plus intime, puis immergea aussitôt son corps nu dans l’eau. Le liquide l’enveloppa. Elle se sentit prendre du relief et exister. Elle ne ressentait plus le trou béant dans son torse, du côté gauche, au niveau de son cœur. Le courant caressait ses courbes féminines, même celle du sein qu’on lui avait ôté. Nue, portée par le ru, elle se laissa aller aux sensations de la vie qui regagnait chaque parcelle de la femme qu’elle était.

Voici ma participation à l’Agenda ironique de mai 2018 organisé par La Jument Verte.
Le thème était NU, NUE, NUS, NUES….
Pour voir les textes produits dans le cadre de l’Agenda ironique d’avril 2018, c’est ici.

Publicités

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s