Atelier Bric à Book

Le code

code-soupe

Non, mais qu’est-ce qu’ils inventeraient pas pour me faire avaler cette soupe infâme contenant je ne sais quels légumes. Sûrement des tomates, vu la couleur rouge déconfit du potage. Des tomates cuites… le summum du mauvais goût. Et puis c’est quoi ces petits bouts orange et verts qui flottent ? Des carottes et des épinards ? Les carottes, ça peut passer, mais ils croyaient vraiment qu’ils allaient réussir à me faire avaler des épinards aussi facilement ! ? Ils me prennent vraiment pour un lapin de six semaines. Certes, j’aime les carottes, mais j’ai pas de grandes oreilles et j’ai quatre ans, pas six semaines. (suite…)

Publicités

La der des ders

skydiving-658405_960_720

CCO Source : Bric à Book

Le soldat fut soudainement happé par le vide. Il adorait cette sensation. C’était le moment du saut en parachute qu’il préférait, car c’était le point qui marquait le début de chaque nouvelle aventure dans laquelle il se jetait à corps perdu. Ce jour-là, le fleuve Amazone se déployait sous ses yeux. En plus des ennemis, il aurait à combattre des serpents perfides et des araignées venimeuses. Il tentait de graver la moindre de ses sensations pour ne jamais oublier. Il savait bien que c’était la dernière fois, la dernière fois qu’il sautait en parachute, mais surtout la dernière fois qu’il partait en expédition. (suite…)

Lorsqu’elle se livre

livre Bricabook

© Leiloona

Assis à quelques tables de la sienne, il l’observe.

Elle a attaché ses cheveux en un chignon improvisé pour ne pas être dérangée par des mèches rebelles. Les petits cheveux libres dans son cou dansent au rythme des mouvements latéraux que fait sa tête au gré de sa lecture et brillent dans la lumière dorée du soleil qui filtre à travers les grandes baies vitrées de la bibliothèque séculaire. (suite…)

Si au moins il neigeait

avion Leiloona

© Leiloona

Le vent froid siffle et s’insinue dans son cou. Elle baisse la tête, la rentre dans ses épaules, et relève l’étole dont elle est drapée pour se protéger le visage. Les nuages sont si bas qu’ils semblent sur le point de se désagréger en neige. Un Noël blanc, ce serait bien. Noël approche en effet à grand pas dans ses bottes fourrées et le grand traîneau du Père-Noël est déjà prêt à s’envoler vers le ciel pour la distribution de cadeaux. Elle, elle s’éloigne de l’aéroport dans ses chaussures à talon aiguille qui claquent sur le tarmac gelé pour embarquer dans ce petit avion prêt à décoller pour… Pour quoi au juste en fin de compte ? Pour se battre contre des moulins à vent ? (suite…)

Je voulais juste aller courir

Il n’y a que le martèlement de mes foulées sur le sol, leurs vibrations qui traversent tout mon corps, et l’air froid qui vient me brûler les poumons. J’ai la sensation que courir me purifie de l’intérieur. Je suis bien lorsque je cours. Cela fait des mois que cela ne m’est pas arrivé. Pour cause : ces joggeuses assassinées en série au début de l’année par celui que la presse a surnommé « le Démon du crépuscule ». J’ose à peine sortir de chez moi depuis. Trop risqué. Mais, ce matin, lorsque j’ai ouvert mes volets sur le canal, je me suis dit que le temps avait passé et que rien ne pourrait m’arriver dans cette brume vaporeuse. Personne ne se promène si tôt le matin, même le monstre reste tapi dans sa tanière. (suite…)