Symbiose

sunbeam-1031201_1920.jpg

Source : Pixabay

Au petit matin sur le chemin
Une agnelle frêle bêle m’appelle
Une forte odeur musquée se dégage
De cette nature vierge et sauvage

La brume lascivement s’étend
Il n’y a plus qu’elle dans mon paysage
Les ipomées à la fleur de l’âge
De leurs vrilles m’enlacent tendrement

De mes doigts j’effleure l’herbe mouillée
A mes lèvres les perles de rosée
L’eau de la rivière coule sans tarir
Les feuilles sous le vent frémissent, soupirent

Pour plus de poèmes, c’est ici !

6 commentaires

  1. Coucou Estelle ! Je me disais que je ne t’avais pas lue depuis longtemps. J’espère que tu vas bien ? Je t’envoie quelques pensées lointaines…
    Au plaisir de te lire à nouveau 🙂

    J'aime

    1. Tout va bien 🙂 Me revoilà après une coupure qui m’a permis de passer (et de réussir j’espère) ma première année de master en plus de mon boulot de traductrice et des enfants. Je devrais avoir un peu plus de temps pendant les mois d’été avant d’attaquer ma deuxième année !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s