Symbiose

sunbeam-1031201_1920.jpg

Source : Pixabay

Au petit matin sur le chemin
Une agnelle frêle bêle m’appelle
Une forte odeur musquée se dégage
De cette nature vierge et sauvage

La brume lascivement s’étend
Il n’y a plus qu’elle dans mon paysage
Les ipomées à la fleur de l’âge
De leurs vrilles m’enlacent tendrement

De mes doigts j’effleure l’herbe mouillée
A mes lèvres les perles de rosée
L’eau de la rivière coule sans tarir
Les feuilles sous le vent frémissent, soupirent

Pour plus de poèmes, c’est ici !

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s